Premier rendez-vous

Si on n’a jamais consulté un psychologue, le premier rendez-vous peut susciter divers sentiments. On peut ressentir l’urgence de parler et de recevoir de l’aide, de l’inquiétude, de l’embarras ou même de la gêne de discuter de nos problèmes personnels. En général, ce malaise, s’il existe, ne dure que quelques minutes et se dissipe à la première visite.

Déroulement du premier rendez-vous

Au premier rendez-vous, en tant que psychologue je recueillerai de l’information sur les problèmes qui vous amènent à consulter et sur vos attentes. En général, je vous demande quand le problème a commencé, quelles en sont les circonstances, quel en est l’impact sur vos relations interpersonnelles et sur votre travail. Je voudrai aussi savoir ce que vous avez tenté comme solution et ce qui semble aider ou nuire.

Comme psychologue, je ne traite pas seulement un problème, mais d’abord et surtout une personne. Par conséquent, je m'interesserai à votre histoire personnelle. Je poserai des questions sur le contexte actuel de votre vie (vos relations intimes, amicales et familiales, votre vie professionnelle, vos habitudes de vie, etc.), sur vos expériences passées (décrire votre famille, vos relations avec parents et fratrie, vie scolaire) ainsi que sur vos aspirations pour le futur (ce que vous aimeriez réaliser avec le reste de votre vie).

Si vous avez déjà fixé votre premier rendez-vous avec moi, je vous invite à visiter la SECTION FORMULAIRE.

L’objectif du premier rendez-vous

 

La première rencontre vous donne l’occasion de vérifier comment vous vous sentez avec moi en tant que psychologue. Sentez-vous que je pourrai vous comprendre? Que vous pourrez me faire confiance pour vous ouvrir et parler de vous?

C’est aussi l’occasion pour moi d’évaluer si j'ai les connaissances et les compétences nécessaires pour vous venir en aide. Si oui, je vous proposerai une démarche de psychothérapie. Sinon, je peux vous adresser à un autre spécialiste qui serait plus en mesure de vous aider.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec moi en tant que psychologue, je vous invite à m'en parler. Si vous n’êtes pas capable de m'en parler, il serait peut-être préférable de trouver un autre aidant, surtout si vous en êtes à la première ou à la deuxième visite. Par contre, si ce malaise n’apparaît qu’après avoir entamé une relation thérapeutique (par exemple, après plusieurs séances), il serait préférable de faire l’effort d’en parler avec moi, car il se peut que ce soit inconsciemment relié au problème qui vous amène à me consulter. Cela dit, il est important de noter que vous êtes toujours libre de poursuivre ou non votre thérapie. Vous pouvez donc y mettre fin quand bon vous semble.